Facebook : le réseau social refuse de supprimer le message de Donald Trump

Mark Zuckerberg n’a pas autorisé à l’équipe de Facebook de supprimer le statut du président américain Donald Trump concernant le décès classé comme meurtre de l’Afro-Américain George Floyd.

La guerre entre Trump et Twitter affecte Facebook, qui contrairement à Twitter n’a pris aucune mesure sur la publication polémique du président. Les employés manifestent leur désaccord et leur mécontentement envers leur patron.

L’origine de la guerre entre Twitter et Donald Trump

La tension entre Twitter et Trump est montée à cause de deux interventions sans précédent de Twitter sur le compte du président. En effet, un tweet de ce dernier avec mention « vérifier les faits » a été intercepté sur le vote par correspondance.

Twitter et Donald Trump
Tweet de Donald Trump

Un deuxième message à propos de manifestations à Minéapolis à la suite du décès de l’Afro-Américain George Floyd a été encore masqué. Twitter a dénoncé les propos comme un appel à la violence, la raison pour laquelle il n’autorise pas le commentaire ni le partage du tweet. « Quand les pillages commencent, les tirs commencent », déclare le président de la Maison blanche sur son compte.

La position de Mark Zuckerberg

Le patron de Facebook, même s’il a fait une publication condamnant personnellement « la rhétorique clivante et incendiaire » de Trump, il ne songe pas à supprimer le post de ce dernier. Il s’est exprimé sur Fox News pour défendre sa position en expliquant qu’ils n’appartiennent pas aux plateformes sociales d’assurer le rôle « d’arbitre de vérité en ligne ».

Mark Zuckeberg n’a donc pris aucune mesure de restriction contre la publication de Trump et a autorisé la visibilité de cette dernière après une longue hésitation. Selon lui, c’est en faveur de la liberté d’expression et aussi l’intérêt du public à l’information.

Mark est conscient que sa décision suscite des désapprobations, mais pour lui le message ne présente aucun risque imminent d’atteinte aux autres ou de danger.

Profil de Mark Zuckerberg

D’ailleurs le système de censures contre les contenus dangereux comme l’appel à la violence, ou les harcèlements de Facebook ne s’appliquent pas aux personnalités politiques.

Révolte des salariés de Facebook

De nombreux employés de Facebook se sont exprimés et dénoncent la décision de Mark sur la non-suppression de ce post. Du personnel au poste important comme Ryan Freitas et Jason Stirman comme de simples employés le conteste.

Certains affirment qu’il n’est pas acceptable de ne rien faire et d’autres avancent qu’il n’y a pas de position neutre vis-à-vis du racisme. Au milieu de cette pagaille, une source de presse américaine révèle une conversation téléphonique entre le patron de Facebook et Donald Trump.

Tout semble s’expliquer d’ailleurs, parce que le président a signé un décret couvrant les plateformes numériques d’une immunité contre toute poursuite liée aux contenus publiés par des tiers.

Par Luc Durant

Je suis rédacteur depuis de nombreuses années pour plusieurs grands médias français. Passionné de nouvelles technologies et de politique, c'est avec plaisir que je vais partager avec vous mes connaissances.

Ailleurs sur le web

A voir aussi