François Hollande adoube Anne Hidalgo à Tulle, à quoi faut-il s’attendre ?

Afficher Masquer le sommaire

Dans son fief politique à Tulle, l’ex-chef de l’état François Hollande, a tenu à manifester son soutien à Anne Hidalgo. Celui qui s’est dit soutenir la candidature d’Anne Hidalgo par fidélité socialiste, rassure sa protégée.

« Anne a encore le temps pour convaincre les Français »

Alors que la prétendante socialiste à l’Élysée végète autour de 5 % dans les différents sondages, l’ancien président de la République lui apporte son soutien, un coup d’accélérateur à sa campagne présidentielle qui peine toujours à décoller. Au sujet de sa position moins rassurante dans les enquêtes d’opinion, François Hollande estime que « c’est très bon signe », lui-même loin d’être favori avant de finir à l’Élysée en 2012, lors d’une visite sur le marché de Tulle.

À travers les étals de fromages, de viandes et autres vendeurs de primeurs, le duo s’affiche face à la presse pour une photo de famille, mais aussi, selon Anne Hidalgo, « pour entendre et s’enrichir » au contact des 15.000 habitants de la ville dont François Hollande fut le maire entre 2001 et 2008. « Comment allez-vous ?», « Ça va ? », « Les enfants vont bien ? », François Hollande parait très à l’aise dans les rues de cette ville qu’il connait par cœur.

En réponse à une interrogation au détour d’un étal de fromages sur la campagne encore timide d’Anne Hidalgo, l’ex-leader socialiste s’insurge : « Ça patine où ? La campagne n’a pas encore commencé !» Avant d’enchaîner : « Là on se met en route, c’est l’objet de notre visite, la campagne commence véritablement, selon mon expérience, mi-janvier. Anne a encore le temps pour convaincre les Français. »

La candidate, toujours accompagnée de l’ex-président, s’est rendue samedi soir à Malemort pour la Fête de la Rose, un village près de Brive-la-Gaillarde, après une séance de dédicaces dans l’après-midi à la Foire du Livre de Brive.

« Les Français ne sont encore pas dans le choix, mais dans le regard »

Inspiré de ce parcours en tant qu’ancien président, François Hollande était aux côtés d’Anne Hidalgo pour distiller quelques conseils. Il y a des cycles. « Ce n’est pas la même chose d’être dans l’espace médiatique plusieurs mois avant le scrutin et d’être candidat », juge-t-il. Un coup subtil au probable candidat de l’extrême droite, Eric Zemmour, avec qui la maire de Paris a décliné tout débat, quelques jours plutôt.

D’après lui, « les Français ne sont encore pas dans le choix, mais dans le regard » de ce qu’il se passe, « suffisamment mûrs et conscients des enjeux pour ne pas se mettre dans la perspective » d’élire un candidat populiste en avril prochain. S’il se dit inquiet des « thèmes utilisés, les phrases prononcées, et les provocations faites » dans les campagnes électorales », François Hollande conseille à Anne Hidalgo e créer «la force qui va permettre que les Français puissent se donner la perspective de l’alternance ».

« On a connu des années difficiles : le PS s’est effondré après l’élection présidentielle en 2017, mais la grande idée que nous portons dans ma famille de pensée, la social-démocratie, est là », assure la candidate de son côté. « Et je sens que beaucoup de Français sont orphelins », évoque-t-elle. Face à la gare, avec détermination elle insiste : « Oui, j’irai jusqu’au bout ! »

Accueil / Actualités / François Hollande adoube Anne Hidalgo à Tulle, à quoi faut-il s’attendre ?