Production de pétrole : L’OPEP va réduire la production de 2 millions de barils par jour

Afficher Masquer le sommaire

Le pétrole est soumis à de multiples influences, surtout qu’il figure dans la liste des matières premières indispensables qui font tourner l’économie mondiale. En ce moment, les news concernant le prix de l’énergie pétrolière sont les principaux sujets d’actualité au niveau mondial. Les particuliers se demandent pourquoi le prix du pétrole connait autant de hausses. D’après une étude effectuée par un chercheur célèbre, le pétrole représente environ 32 % de la matière première mondiale ; l’Afrique du Sud, l’Inde, la Chine et le Brésil sont des nations qui consomment une grande quantité de pétrole pour réaliser des activités industrielles.

Récemment, l’OPEP a décidé de diminuer la production journalière du baril de pétrole en raison d’une importante baisse de son prix. De ce fait, les pays membres de cette organisation ont également réduit leur production de baril de pétrole par jour. Une décision qui peut influer sur l’économie mondiale. Ainsi, pour quelle raison l’OPEP a-t-elle pris cette décision ?

Pays membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP)

L’OPEP ou « Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole » a été créée en 1960. Cette organisation se veut d’élaborer des stratégies performantes pour mieux contrôler les exploitations pétrolières entre les nations membres, ainsi que de mieux stabiliser le cours de cette matière première incontournable pour l’économie mondiale. En fait, ce fut les sociétés pétrolières qui ont pris le contrôle sur le prix de cette ressource indispensable à la vie économique mondiale à l’instar des pays producteurs ; et ce jusqu’en 1970.

Actuellement, l’OPEP est composée de 12 nations. En 2010, l’organisation contrôlait environ 78 % d’énergie pétrolière mondiale. Dans la production pétrolière brute, l’OPEP prenait en charge les 45 %, et dans la production de gaz naturel, elle tenait les 18 %. Depuis 2007, les nations présentes dans cette assemblée sont :

  • Le Qatar ;
  • L’Arabie Saoudite ;
  • L’Équateur ;
  • La Libye ;
  • Le Koweït ;
  • L’Algérie ;
  • L’Iran ;
  • L’Angola ;
  • Le Venezuela ;
  • L’Irak ;
  • Le Nigéria ;
  • Les Émirats arabes unis.

Il faut cependant souligner que certaines nations et de grands producteurs de pétrole ne font alors pas partie de l’OPEP, dont les suivantes :

  • Le Canada ;
  • Le Soudan ;
  • Le Mexique ;
  • Le Royaume-Uni ;
  • La Norvège ;
  • Les États-Unis ;
  • La Russie ;
  • L’Oman.

En revanche, du temps où les États-Unis ont occupé l’Irak, ils figuraient parmi les membres de facto de l’OPEP. Toutefois, l’assemblée n’a jamais donné confirmation sur cet état de fait et n’a jamais précisé qu’un représentant des États-Unis n’ait assisté à titre officiel ou officieux à aucune des réunions de l’OPEP.

Barils-de-pétrole-en-couleur

En 2016, afin de limiter la production pétrolière, l’OPEP s’est alliée avec dix autres nations productrices de pétrole. Cette alliance est connue sous le nom de « OPEP+ ». Voici ces dix autres nations :

  • La Russie ;
  • Le Mexique ;
  • Le Kazakhstan ;
  • L’Azerbaïdjan ;
  • Le Bahreïn ;
  • Le Brunei ;
  • La Malaisie ;
  • L’Oman ;
  • Le Soudan ;
  • Le Soudan du Sud.

Actualité mise à jour concernant la diminution de la production pétrolière par l’OPEP et l’OPEP+

Récemment, l’alliance OPEP+ a déclaré que la production journalière en ressources pétrolières sera réduite de 2 millions de barils. Depuis la crise de Covid-19, ceci s’avère être la diminution la plus importante, malgré les États-Unis qui ont demandé une augmentation de l’offre.

Cette décision prise par l’OPEP et ses alliés de l’OPEP+ sera appliquée à partir de novembre 2022.

En outre, l’assemblée a également annoncé que la collaboration avec l’OPEP+ sera prolongée dans les mêmes conditions, soi-disant jusqu’à la fin de l’année prochaine. Selon l’assemblée, l’ancien prix du baril de pétrole était malmené en raison des craintes de récession mondiale. Également, le cours du dollar et l’affaire de politique monétaire des États-Unis avaient impacté le prix de l’énergie pétrolière.

Diminution de la production pétrolière : décision technique ou politique ?

Il faut reconnaître que le pétrole est une ressource qui sert tant sur le plan économique que sur le plan politique. Sachez que Washington avait pour but de diminuer les cours du pétrole pour priver Moscou des bénéfices déduits de la commercialisation et que l’Arabie Saoudite a fait en sorte d’empêcher les actions de la Russie en Ukraine.

Entre les États-Unis et le royaume wahhabite, la situation est relativement tendue. En effet, le président Américain s’est rendu à Riyad pour faire une demande d’engagement ferme sur une coopération en matière de sécurité énergétique. Toutefois, le projet n’a pas abouti.

L’Europe, notamment la France, semble être victime d’une crise liée au rationnement de l’électricité et du gaz. Sachez que l’Occident a accusé la Russie d’avoir utilisé des ressources pétrolières dans la conception des armes. Selon l’Arabie Saoudite et les autres nations de l’OPEP+, le but de la réduction de baril est de stabiliser le cours des produits pétroliers sur le marché, et non pour atteindre un prix précis. De ce fait, on peut dire que ceci est une stratégie technique, mais non politique.

Le rôle de l’OPEP sur le cours de l’histoire mondial ? Cette organisation a-t-elle une quelconque mainmise sur la géopolitique actuelle ? Dans tous les cas, l’organisation projette de réduire la production de pétrole journalière de 2 millions de barils dans le but de stabiliser le prix à partir du novembre 2022.

Accueil / Actualités / Production de pétrole : L’OPEP va réduire la production de 2 millions de barils par jour