France/Carburant : TotalEnergies ne peut plus négocier

Afficher Masquer le sommaire

Depuis plusieurs jours, il y a un conflit dans le secteur pétrolier. En effet, ce conflit est entre la CGT et TotalEnergies. Le gouvernement a ordonné de nouvelles réquisitions pour le dépôt de carburant du département de la région Hauts-de-France près de Dunkerque. À l’heure où TotalEnergies dit que ce sont les poursuites et les reconductions qui sont les causes de négociations sur les salaires.

TotalEnergies a même déclaré lors d’un communiqué que c’est la CGT qui a pris la décision de maintenir les blocages entre les raffineries. TotealEnergies a également annoncé au grand public que celle-ci va verser une prime qui représente un mois de salaire à tous les salariés dans le monde si toutes les conditions de négociation sont respectées. Sachez que TotaleEnergies a été soutenu par le groupe pétrolier qui envisage également d’effectuer l’augmentation des salaires en 2023. 

Diverses réquisitions prises en charge

À partir du dépôt de TotalEnergies de Dunkerque, une demande auprès du préfet des Hauts-de-France a été faite pour l’arrêt de réquisition à la distribution du carburant. Cette demande a été faite par Matignon.

Les premières réquisitions ont été décidées ce mercredi concernant 4 salariés. Ces 4 salariés ont tous été touchés par le mouvement de grève de la CGT en France.

La CGT a récemment déclaré que ces réquisitions sont assimilables à une entrave au droit de grève et son secrétaire général Philippe Martinez a annoncé sur un communiqué qu’un référé avait également été déposé à ce sujet.

Sachez que le gouvernement a même invité les deux parties à négocier. Le gouvernement a fortement demandé à la CGT et à TotalEnergies de faire augmenter les salaires pour que la centrale syndicale puisse débloquer les despotes et les raffineries. Avant le communiqué de TotalEnergies, le ministre de l’Économie a déclaré que celui-ci doit impérativement augmenter les salaires de ses employés.

France Carburant

En effet, TotalEnergies avait annoncé dans un communiqué qu’il augmenterait les salaires annuels en octobre à condition que les diverses grèves dans la plupart des dépôts de carburants et dans les raffineries qui causent les ruptures d’approvisionnement prennent fin. Effectivement, cette levée du blocage des expéditions de carburant va permettre à TotalEnergies d’alimenter toutes les stations-service en France. Comme on le sait tous, la pénurie d’essence est toujours la cause de longues files d’attente d’automobilistes.

Tandis que le syndicat réclame à son tour à TotalEnergies des négociations sur des augmentations annuelles des salaires pour cette année 2022 à la faveur des cours du carburant ; sachez que la CGT avait dit qu’elle entamerait des négociations dès lundi et limiterait ses revendications si TotelEnergies augmente fortement les salaires.

Alors que l’annonce est tombée après quelques heures du mouvement de grève dans divers secteurs de dépôts de carburant et de raffineries françaises qui ont duré une dizaine de jours, elle a été reconduite dimanche chez Esso-ExxonMobil et chez TotalEnergies.

TotalEnergies : refus de négociations

L’entreprise pétrolière refuse fortement de s’entretenir avec la CGT tant que la grève ne serait pas levée. En effet, la CGT avait demandé des hausses de salaire annuelles et des propositions de primes alors que les arrêts de travail sont toujours en continu dans diverses raffineries. Ils ont prévu également de se rendre dans les sous-sols de la tour Total. Il faut savoir que cet entretien ne s’agit pas d’une entrevue, mais de négociations officielles entre TotalEnergies et les 4 organisations syndicales représentatives.

TotalEnergies a proposé aux syndicats diverses offres : 

  • Un mois de salaire à titre de bonus pour les employés à travers le monde ;
  • TotalEnergies a également prévu d’augmenter les rémunérations de 6 % en France.

Sachez que tout cela est prévu le 1er janvier 2023. Cependant, ce mercredi, une décision a été prise par TotalEnergies. En effet, la direction de Total a refusé toute discussion avec la CGT et ne veut plus négocier si le mouvement de grève sur ses six sites de raffinage n’est pas levé.

Tout porte à croire que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour procéder aux négociations entre TotalEnergies et la CGT. Effectivement, la CGT manque de franchise et a continué de maintenir les divers blocages dans les dépôts de carburant et dans les raffineries.

Ce mercredi, la CGT a demandé de faire des rencontres bilatérales avec les syndicats représentatifs après avoir pris la décision de renoncer à cette condition de lever les divers blocages dans les raffineries. Certes, la direction du groupe français a accepté la demande de la CGT.

La CGT a également annoncé sur divers sites ce jeudi qu’elle allait poursuivre le mouvement de la grève.

Cependant, TotalEnergies a formellement précisé qu’il ne s’engagera pas dans des négociations de salaires si la CGT ne lève pas les blocages. 

Désormais, vous connaissez les diverses causes du refus de négociations de TotalEnergies quant à l’augmentation des salaires.

Accueil / Business / France/Carburant : TotalEnergies ne peut plus négocier