Notre site web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site web peut également inclure des cookies provenant de tiers comme Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Coronavirus – Des patrons utilisent les crédits d’aide pour racheter leur voiture de luxe

Certains patrons d’entreprise en Suisse profitent des crédits d’aides octroyés par le Conseil fédéral pour payer leurs dettes et racheter les voitures de luxe qu’ils avaient déposées à titre de garantie.

Des crédits Covid 19 utilisés à mauvais escient

Pour faire face à la crise du coronavirus, la Confédération Suisse a débloqué 40 milliards de francs d’aide de transition aux petites et moyennes entreprises. Selon un journal Suisse certains patrons de PME utilisent cet argent de façon inappropriée en remboursant leurs prêts sur gage et en récupérant les véhicules de luxes qu’ils avaient déposés en guise de garantie.


En effet, depuis la votation de l’aide d’urgence par la Confédération, beaucoup de voitures de luxe ont été reprises par les chefs d’entreprises comme le rapporte un prêteur sur gages alémanique. Il est à noter que ce prêteur octroie des prêts d’une valeur atteignant les 100 000 francs.

Ferrari, Aston Martin et Rolls Royce

Pour récupérer leurs voitures mises en gage, les emprunteurs n’ont pas à donner de justificatif. Ces derniers sont principalement des entrepreneurs dans le secteur immobilier, de la finance, ou de la construction.

Comme l’explique le prêteur sur gages, beaucoup de ses clients utilisent l’aide de la Confédération pour payer leurs dettes et reprendre leur voiture. Ferrari, Porsche, Aston Martin et Rolls Royce en font partie des marques qui sont concernées.

Une absence totale de contrôle

Comme le précise l’ordonnance du Conseil fédéral, l’unique but de l’aide de transition est de couvrir les frais de fonctionnement. Elle ne doit en aucun cas être utilisée pour rembourser des dettes en cours ou encore moins des besoins personnels. Pourtant, il est très facile de contourner la règle en raison du manque de contrôle.

En effet, les prêts sur gages automobiles n’apparaissent pas dans un registre national, comme le cas d’un crédit à la consommation où le créancier n’est pas obligé de signaler les crédits qu’il octroie à un centre de renseignement. D’ailleurs, le prêteur sur gages affirme même que la plupart des transactions se règlent en espèce.


Par Luc Durant

Je suis rédacteur depuis de nombreuses années pour plusieurs grands médias français. Passionné de nouvelles technologies et de politique, c'est avec plaisir que je vais partager avec vous mes connaissances.

Ailleurs sur le web

A voir aussi