Conséquence du Brexit : le secteur de la pêche en France impacté, les pêcheurs affichent leurs inquiétudes !

Afficher Masquer le sommaire

Alors que Xavier Bertrand interpelait le chef de l’état sur l’urgence de trouver une solution aux difficultés auxquelles font face les pécheurs de Haut-de-France, Emmanuel Macron et sa ministre des mers ont répondu présents. Ce dimanche 21 novembre, Annick Girardin et Emmanuel Macron ont rassuré les pêcheurs de la région dépassés par les difficultés avec Londres sur les licences après Brexit.

Continuer le combat pour obtenir les licences réclamées

Le président de la République a eu une discussion au téléphone avec le président du comité régional des pêches, Olivier Leprêtre, pendant une quinzaine de minutes. Il lui a notamment signifié qu’ « en aucun cas il ne lâcherait l’histoire des licences attendues et qu’il ne laisserait tomber les pêcheurs français  », a précisé Olivier Leprêtre à l’Agence France-Presse.

Le chef de l’Etat compte sur la présidence française de l’UE, à partir du 1er janvier, pour « mieux faire entendre la voix des pêcheurs français au sein de l’Europe », a ajouté le M. Leprêtre. « Le fait qu’Emmanuel Macron m’a appelé directement et personnellement cet après-midi confirme qu’il est très attentif au dossier », s’est félicité Olivier Leprêtre, qui doit tenir un point de presse lundi à 17 h 30 à Boulogne-sur-Mer.

 Au cours d’une rencontre avec les pêcheurs des Hauts-de-France au cap Gris-Nez (Pas-de-Calais), dimanche, la ministre des mers les a réitérés sa volonté de « continuer le combat » face à Londres pour obtenir toutes les licences réclamées. Les pêcheurs « ont aujourd’hui compris quelle était ma position », a-t-elle estimé, jugeant « inadmissible » l’interprétation « que font les Anglais » des demandes françaises. Annick Girardin a précisé que « 80 % des dossiers » étaient réglés avec « plus de 960 licences » de pêche accordées. « Mais j’ai toujours dit qu’on ne devait laisser personne sur le bord du quai », a-t-elle souligné.

Poursuivre les négociations avec l’UE

Dans cette perspective de contentieux, le secrétaire d’État français aux affaires européennes, Clément Beaune, a fait savoir sur Twitter qu’il se rendrait lundi à Bruxelles en vue de « poursuivre cette négociation essentielle pour la France et l’UE ». « Notre objectif n’a pas changé : faire appliquer l’accord, obtenir nos licences, défendre les intérêts de nos pêcheurs », a-t-il laissé lire en marge d’un entretien avec David Frost, le secrétaire d’État britannique en charge du Brexit.

De son côté, David Frost écrit dans un tweet être « content de parler à nouveau la semaine prochaine avec Clément Beaune des perspectives de (leurs) discussions en cours sur la pêche avec la Commission européenne », chargée des discussions. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a, lui, qualifié dimanche le Premier ministre Boris Johnson de « populiste ». « C’est un test que fait le Royaume-Uni à l’égard de l’UE et il faut que l’UE exige le respect de l’accord », a-t-il affirmé sur LCI.  Et de regretter : « Aujourd’hui, les Britanniques sont en train de faire du pointillisme exagéré et exaspérant ».

Accueil / Politique / Conséquence du Brexit : le secteur de la pêche en France impacté, les pêcheurs affichent leurs inquiétudes !