Dossier de l’aciérie Ascoval : Emmanuel Macron et Xavier Bertrand à couteaux tirés !

Afficher Masquer le sommaire

Depuis vendredi, le chef de l’Etat a entamé un circuit de quatre jours dans les Hauts-de-France. Dans le département de l’Aisne ; où il a débuté ses déplacements, Emmanuel Macron a eu un échange particulièrement tendu avec Xavier Bertrand, le président de la région. L’échange portait sur l’avenir de l’aciérie Ascoval dont le propriétaire allemand a dû transférer une partie de son travail à cause du cout de l’électricité.

Nous nous battons pour avoir les meilleurs tarifs

L’affrontement verbal entre les deux personnalités a débuté dès le salut républicain, avec une première attaque du candidat à l’investiture des Républicains, sur le dossier de l’aciérie Ascoval. Il a notamment demandé au chef de l’État d’obtenir un tarif préférentiel pour l’électricité, estimant que c’était « la seule solution ».

« Nous nous battons pour avoir les meilleurs tarifs », lui a répondu le chef de l’Etat. Vous savez peut-être mieux que tous les autres ». « Le problème n’est pas de savoir qui de nous deux a raison, c’est qu’on avance. Prenez en compte le point de vue que je développe, je suis leur porte-parole », a insisté le Président des Hauts-de-France. Les deux hommes ont à peine essayé de se lancer des hostilités quand Emmanuel Macron a rappelé à l’autre, son rôle d’élu régional. « Je suis un Président qui s’est battu pour l’industrie. C’est le long terme qui m’intéresse », a-t-il ainsi déclaré.

Le duel a encore repris quelques minutes après, cette fois, sur la situation des pécheurs français privés de licences par les autorités britanniques. Le candidat à la primaire LR a interpelé le chef de l’Etat : « Monsieur le président [les pêcheurs] veulent vous voir ». Emmanuel Macron a répondu plus tard, assurant les pêcheurs de sa mobilisation et de son envie d’aider.

Emmanuel est-il en campagne

Emmanuel Macron est en réalité originaire de cette région et y a des attaches. Mais si le chef de l’Etat et probable candidat à sa succession tient à s’y rendre aussi longtemps, c’est pour montrer qu’il bénéficie lui aussi d’un ancrage local, et pour ne pas laisser le monopole de la proximité à deux de ses principaux adversaires en vue de la présidentielle. Ceux-ci lui font déjà volontiers des procès en déconnexion : Xavier Bertrand, mais aussi Marine Le Pen, députée du Pas-de-Calais.

Ce séjour de quatre est précisément l’occasion pour le président de mettre en avant son bilan dans cette région. « Le Président se déplace dans une région qui concentre depuis des décennies des difficultés multiples, qu’il s’agisse de la désindustrialisation, de la jeunesse, de la santé ou encore des enjeux migratoires », a réagi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dans des propos rapportés par Le Parisien.

« Si certains veulent y voir des enjeux politiques, qu’ils se disent surtout que le Président de région peut remercier le Président Macron ! Sans son gouvernement, l’entreprise Arc n’aurait pas été sauvée, Ascoval n’aurait plus de perspective, les Bridgestone n’auraient aucune solution, il n’y aurait pas de méga-usine de batteries en cours d’implantation à Douai », a-t-il indiqué.

Accueil / Politique / Dossier de l’aciérie Ascoval : Emmanuel Macron et Xavier Bertrand à couteaux tirés !