France : quand l’abattage rituel s’invite dans les débats de course à la présidentielle !

Afficher Masquer le sommaire

Lors de cette précampagne pour la présidentielle de 2022, un sujet crucial refait surface. L’abattage rituel. C’est le candidat écologique qui évoque le phénomène. Il affirme son opposition à l’abattage rituel sans étourdissement. Ce qui soulève quelques réactions sur les réseaux sociaux.

Yannick Jadot sans ambiguïté

Le candidat écologique s’attaque à une tradition des musulmans et des juifs. L’abattage rituel est une pratique religieuse. Cependant, celle-ci ne peut pas se mettre au-dessus des valeurs de la République. Interrogé sur la question lors de son entretien à RMC ce vendredi, Yannick Jadot répond sans ambiguïté. Il est pour la suppression de l’abattage rituel. « Il n’y a aucune tradition qui justifie de faire souffrir les animaux », révèle-t-il.

Ces propos ont donné lieu à certaines réactions sur les réseaux sociaux. Ce qui oblige ainsi l’eurodéputé à revenir sur ses déclarations pour plus d’éclaircissement. Dans une courte vidéo enregistrée après sa sortie des locaux de RMC, le candidat clarifie. « Qu’il n’y ait pas d’ambiguïté : les religions peuvent avoir leurs traditions, y compris leur abattage, mais cet abattage ne peut s’affranchir des règles du bien-être animal, et notamment de l’indispensable étourdissement. Cela a toujours été ma position et ça le restera », a-t-il fait savoir.

Face aux controverses suscitées par les propos du candidat, son entourage s’est également empressé pour situer les uns et les autres. À l’AFP, il précise que Yannick Jadot ne compte pas interdire radicalement l’abattage rituel. Cependant, il souhaite simplement que les animaux ne soient pas étourdis avant l’abattage. Une pratique, faut-il le rappeler, qui ne respecte pas les coutumes juives et musulmanes.

Jadot foncièrement contre l’élevage intensif

Au même titre que l’abattage rituel sans étourdissement, l’eurodéputé s’oppose fermement à l’élevage intensif des animaux. Un acte qu’il qualifie d’abominable. « Un élevage où les animaux ne voient jamais le plein air, c’est abominable pour les animaux, abominable pour ceux qui y travaillent, ça nous fait une alimentation qui n’est pas de bonne qualité », déclare-t-il.

Yannick Jadot pense « qu’il faut en sortir pour avoir des paysans dans nos campagnes et des vaches qui sont à la pâture. » le candidat écologique veut en finir avec l’élevage industriel. Pour cela, une fois élu président de la République, l’homme prévoit la création d’un ministère de bien-être. Pour lui, ce sujet est très sensible afin de bénéficier autant d’attention.

Le candidat écologiste fait la même remarque dans les abattoirs. « C’est la même logique. On a concentré les abattoirs. Les gens qui y travaillent, travaillent dans des conditions abominables, les animaux qui y meurent dans des conditions abominables », a-t-il soulevé.

Ce sujet est évoqué suite à un rapport d’enquête menée par un membre de L214, association de défense des animaux. Après avoir infiltré les services vétérinaires d’un abattoir, l’enquêteur révèle avoir fait le constat de graves carences des inspections par rapport à plusieurs infractions à la réglementation. Dans son rapport, ce dernier soulève des souffrances aigües qu’on pourrait toutefois éviter aux animaux. Saisi par l’association, le ministère de l’Agriculture promet d’ouvrir une enquête.

Accueil / Politique / France : quand l’abattage rituel s’invite dans les débats de course à la présidentielle !