Inconfort pour Anne Hidalgo, déjà mal positionnée dans les sondages, le conseil de paris enfonce le clou !

Afficher Masquer le sommaire

Déjà en chute libre depuis le début du mois de septembre, la maire de Paris s’en trouve à essuyer les critiques venant soit des républicains, soit des écologistes. Ce mercredi 13 octobre, les verts Fatoumata Koné et Chloé Sagaspe, et Rachida Dati se sont chargés de plomber l’ambiance du conseil municipal.

Le conseil municipal érigé en tribune de campagne

Rachida Dati qui semble miser sur la candidature de Xavier Bertrand reproche à la maire socialiste de faire du conseil de Paris « une tribune de sa campagne électorale désespérée et désespérante ». Analysant les risques sur la faisabilité technique et financière d’un objectif de 75 % d’énergie renouvelable pour 2030, la conseillère municipale à sans ambages déclaré : « c’est votre campagne, on a compris ».

Et ce n’était pas tout. Du côté des écologistes, de nouvelles piques ont fait monter la tension d’un cran, comme il est monnaie courante depuis la réélection d’Anne Hidalgo. Les verts ont notamment dénoncé une concentration sur la campagne au grand dam de la gestion municipale.

Jugeant que les fortes urbaines promises par la maire sont « très couteuses », Chloé Sagaspe, la vice-présidente de la commission Environnement, climat et biodiversité, est allée contre « une grande opération de communication environnementale dont on peut se demander si elle ne répond pas davantage à des fins médiatiques et électoralistes plutôt qu’à de véritables ambitions écologiques pour la capitale ».

Une superposition de sujets dans un seul et même débat

Au sein du conseil municipal, les questions relatives aux forets ont fait partie de la présentation, en début de conseil, de seize délibérations sur la transition écologique. En effet, la maire socialiste et candidate a énuméré les différents chantiers les uns après les autres : plantation de 170 000 arbres, rénovation énergétique des bâtiments, nouveau schéma directeur pour le réseau de chaleur, lutte contre les nuisances sonores, fin du plastique dans les cantines…

La présidente des écologistes voit dans cette démarche, une séquence de communication qu’elle dénonce. «  Nous nous interrogeons sur la séquence de communication que vous nous imposez aujourd’hui », a-t-elle ainsi laissé entendre. Pour cette dernière, « cette superposition des sujets dans un seul et même débat » ne donne pas la possibilité au conseil municipal qui les traite à la hâte. « Cela ne nous semble pas être à la hauteur de l’enjeu des nécessaires transformations écologiques et climatiques », a ajouté l’écologiste.

Ce qu’a répondu Anne Hidalgo

« Je suis très surprise de votre propos », a lâché la candidate en réponse aux attaques répétées Fatoumata Koné, défendant des « décisions concrètes, budgétées et encadrées ». Elle lui reproche également d’épargner le plan d’investissement « France 2030 » par Emmanuel Macron qui coutera 30 milliards à l’État et qui n’est pas au rendez-vous pour aider les collectivités locales, dirigées pour certaines, par les écologistes.

« Cela ne vous choque pas, vous préférez vous faire applaudir par les républicains? », a demandé la maire avant de suggérer : « choisissez vos combats, vos partenaires et aussi vos adversaires ».

Accueil / Politique / Inconfort pour Anne Hidalgo, déjà mal positionnée dans les sondages, le conseil de paris enfonce le clou !