Jean Castex annonce une mesure de soulagement face à la hausse des prix du carburant !

Afficher Masquer le sommaire

Pour alléger les peines des populations face à la hausse des prix du carburant, le gouvernement a finalement décidé de pourvoir les Français gagnant moins de 2000 euros nets, d’une « indemnité inflation » de 100 euros. L’annonce a été faite par le Premier ministre Jean Castex, ce 21 octobre. Au total, 38 millions de Français seront touchés par cette prime défiscalisée, sans besoin d’aucune démarche particulière.

Plusieurs catégories de travailleurs sont ciblées

L’indemnité inflation de 100 euros mis en place par le gouvernement pour un tant soit peu contrecarrer la flambée des prix et de l’énergie et des carburants entrera dans sa phase active dès la fin du mois de décembre. Elle sera versée en une seule fois et automatiquement par les employeurs aux salariés, mais les autres catégories comme les retraités, les indépendants, les étudiants boursiers ou les apprentis devront attendre courant janvier ou février.

Dans un échange avec les médias et retransmis par Capital, le chef du gouvernement a clarifié les contours du mécanisme de cette aide. La prime sera versée en fonction des statuts, et de différentes manières. Concernant les salariés, c’est l’entreprise qui se chargera de la distribution ; pour les indépendants, c’est les Urssaf qui s’en chargeront ; pour les retraités, les caisses de retraite ; et pour les fonctionnaires, ce sera l’État.

De même, les apprentis, du moment où ils sont salariés tout comme les étudiants les étudiants allocataires de plus de 18 ans, seront également éligibles à cette prime, a précisé Matignon.

« Près des deux tiers des étudiants français » sont en effet éligible à « l’indemnité inflation », a souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, vendredi 22 octobre, évoquant qu’il s’agissait plus précisément des « étudiants boursiers et autonomes fiscalement de leurs parents ». « Ces 100 euros ne seront pas imposables », a-t-il également insisté.

L’opposition lève aussitôt la voix

Cette prime inflation constitue une dépense supplémentaire d’environ 3,8 milliards d’euros pour l’État. Nonobstant, le chef de gouvernement a précisé que la France tiendrait ses engagements en matière de déficit public. Le gouvernement a annoncé « un déficit à 5 %, donc en forte diminution par rapport à 2021, en 2022, nous tiendrons cet objectif », a-t-il insisté avant de tenir à confirmer qu’« en 2021, le pouvoir d’achat des Françaises et des Français augmentera, je vous donne rendez-vous ».

« Heureusement qu’il y a la présidentielle qui arrive », a ironisé Xavier Bertrand, vendredi matin, sur les ondes de France Bleu Belfort-Montbéliard. « Il a fallu attendre la deuxième quinzaine du mois d’octobre pour qu’ils se décident enfin à faire un geste. Mais dans quel monde ils vivent ? », s’est demandé le candidat à la primaire de droite qui, lui, préconise la baisse des taxes comme mesure palliative. S’il estime que cette « mesure fait du bien », il considère cependant qu’il « faut des mesures supplémentaires ». « Il n’est pas normal que l’État remplisse ses caisses quand le porte-monnaie des Français se vide. », a-t-il déclaré.

À l’extrême droite, cette mesure gouvernementale fait également du bruit. « Le gouvernement ne comprend rien à la souffrance des Français, à leur détresse sociale », a estimé le président par intérim du Rassemblement national, Jordan Bardella, sur Franceinfo, jeudi matin. Marine Le Pen a tweeté sur son compte : « Le gouvernement vient nous expliquer, alors que 60 % du prix de l’essence est constitué de taxes, qu’il vient donner un chèque spéculos de 100 euros, c’est du délire ».

Accueil / Politique / Jean Castex annonce une mesure de soulagement face à la hausse des prix du carburant !