Le pouvoir d’achat au cœur du meeting d’Éric Zemmour !

Afficher Masquer le sommaire

Samedi dernier, le candidat de la reconquête, Éric Zemmour tenaient son premier meeting de campagne à Villepinte. L’évènement était sous tensions avec des hostilités envers les hommes des médias, des violences à l’encontre des militants antiracistes et l’agression du polémiste lors d’un bain de foule. Néanmoins, le candidat à la présidentielle a pu dérouler ses classiques en insistant sur le pouvoir d’achat des français.

Retrouver le pouvoir d’achat en remettant les Français au travail

Après des mois passés à disserter sur l’immigration et l’identité des Français, Éric Zemmour, également en course à la présidentielle de 2022 a décidé d’aborder un autre sujet avec ses militants : le pouvoir d’achat.

En effet, même si son premier meeting de campagne a été particulièrement houleux, Éric Zemmour a décortiqué les idées phares de son programme, dont l’« ’islamisation de la France », l’« idéologie LGBT » et l’« immigration zéro ». De plus, il a évoqué le début d’un programme, très libéral sur le plan économique : la baisse des impôts de production, la baisse des cotisations sociales, et la création d’un « puissant ministère de l’Industrie ».

« Il faut remettre les Français au boulot. Les 35 heures, grosse erreur », affirme Jean-Pierre. « Augmenter les impôts sur les grandes fortunes, je trouve que c’est une fausse bonne idée. Les grandes fortunes, c’est eux qui créent de l’emploi », ajoute Yann, jeune entrepreneur de 24 ans, lançant indirectement une pique à la réforme fiscale de Jean-Luc Mélenchon

Éric Zemmour propose que « le salaire net soit plus élevé ». De ce fait, il a indiqué vouloir « réduire les cotisations » des salariés « afin de rendre un 13e mois » aux employés au SMIC. Le candidat de l’extrême droite souhaite également « baisser massivement les impôts de production pour toutes les entreprises » et que « davantage de petites entreprises bénéficient d’un taux réduit sur l’impôt sur les sociétés », sans précisions sur le financement de ces mesures.

Zemmour misogyne, raciste… Le candidat répond aux accusations.

Lors de ce meeting de campagne, le candidat de la reconquête est aussi revenu sur les accusations de misogynie, de fascisme et de racisme dont il fait l’objet. « Moi fasciste ? Ben voyons », s’est-il exclamé. « Je suis le seul à défendre la liberté de penser, de parole, de débattre, pendant qu’ils rêvent tous d’interdire nos meetings et de me faire condamner », a-t-il souligné. Il poursuit : « Moi misogyne ? Cette accusation est ridicule. Enfant, au milieu de ces grandes familles venues d’Algérie, j’étais toujours entouré par des femmes. Les femmes de mon enfance, plus encore que les hommes, ont forgé mon caractère ».

En ce qui concerne les accusations de racisme, Éric Zemmour a assuré qu’il était « le seul à ne pas confondre la défense des nôtres avec la haine des autres ». « Le racisme, c’est s’imaginer que ceux qui sont différents de nous sont inférieurs et ne pourraient être français que ceux qui sont descendants de Clovis. Comment pourrais-je penser cela, moi, petit juif berbère venu de l’autre côté de la Méditerranée ? Tout ce que nous voulons, c’est défendre notre héritage », a-t-il insisté.

Accueil / Politique / Le pouvoir d’achat au cœur du meeting d’Éric Zemmour !