Présidentielle 2022 : Michel Barnier sur le point de se mettre à dos l’Europe après ses propos sur la politique migratoire !

Afficher Masquer le sommaire

Le candidat Michel Barnier était face aux parlementaires RL le jeudi 9 septembre à Nîmes pour exposer son programme de société. Cependant, il a surpris plus d’un sur sa politique migratoire. Ce qui crée un torrent de réaction venant de l’Europe.

Michel Barnier crée la stupéfaction chez les Européens. Candidat à l’élection présidentielle de 2022, l’ancien commissaire européen et l’ex-négociateur de l’UE pour le Brexit a déclenché une avalanche de réactions suite à ses propos tenus à Nîmes à l’occasion des journées parlementaires de LR.

Certes, la position de l’ancien député sur le phénomène de l’immigration est connue de tous, mais il semble franchir la ligne rouge quant à la méthode d’application de sa politique.  

Un moratoire de 3 à 5 ans

Si toute l’Europe est d’accord sur la reprise en main d’une politique migratoire incontrôlée, la méthode proposée par Michel Barnier serait complètement aux antipodes des règles européennes. Dans son intervention, l’ancien commissaire européen parle de la mise en place d’un moratoire de 3 à 5 années qui doit permettre de mettre un coup d’arrêt au laisser-aller.

Pendant cette période, les autorités doivent freiner notamment les régularisations inconditionnelles, la délivrance des visas long séjour et le regroupement familial. Mieux, l’ancien député de la droite propose d’organiser un référendum sur la question. L’objectif de ce référendum d’une part serait de permettre au parlement de contrôler les quotas d’immigrés et d’autre part de mettre un bouclier constitutionnel qui redonne à la France sa liberté de manœuvre.  

La remise en cause des règles juridiques européennes qui irrite

Dans ses propositions, l’ex-négociateur du Brexit pour l’UE appelle à la souveraineté juridique de la France. Pour lui, l’enjeu est de « garantir que les dispositions prises (…) ne pourront pas être écartées par une juridiction française au motif des engagements internationaux de la France », justifie-t-il.

« Nous ne pouvons pas faire tout cela sans avoir retrouvé notre souveraineté juridique, en étant menacés en permanence d’un arrêt ou d’une condamnation de la Cour de justice européenne ou de la Convention des droits de l’homme, ou d’une interprétation de notre propre institution judiciaire », a-t-il déclaré devant les parlementaires.

Cette remise en cause des règles juridiques européennes fait réagir. En effet, ce que souhaite l’ancien ministre des Affaires étrangères dans sa politique migratoire est de se soustraire des traités européens ainsi que des dispositions internationales.

Cette proposition est intenable selon Fleury-Graff, professeur de droit public à l’université Paris-Saclay. « Ce que propose Michel Barnier est intenable, à commencer par la mise en place d’un moratoire, qui serait immédiatement sanctionné par l’Union européenne », explique-t-il.

Une image ternie ?

L’intervention de Michel Barnier crée un choc chez les Européens y compris dans le rang de ses anciens collaborateurs à Bruxelles. « Comment une telle phrase peut-elle avoir été prononcée par un Européen aussi engagé ? », s’étonne Clément Beaune, le secrétaire d’État aux affaires européennes. « On est tous atterrés. C’est un naufrage, un pacte faustien », confie au journal Le Monde, un haut fonctionnaire européen. 

Selon l’eurodéputée socialiste, Sylvie Guillaume, « les propos de Michel Barnier sont très choquants, car ils reviennent à contester la primauté du droit européen sur les droits nationaux. C’est très lourd de sens politiquement et cela le discrédite complètement », regrette-t-elle.

Accueil / Politique / Présidentielle 2022 : Michel Barnier sur le point de se mettre à dos l’Europe après ses propos sur la politique migratoire !