Une aube nouvelle, David Lisnard prend la tête de l’association des maires de France !

Afficher Masquer le sommaire

Avec 62, 34 % des voix des suffrages, le maire de cannes, David Lisnard est sorti vainqueur et prend la tête de l’Association des maires de France. Le maire LR avec sa liste Union soutenue par François Baroin », avec André Laignel, vice-président sortant, a pu s’offrir 6913 des suffrages sur 11 082 électeurs, prenant ainsi les rênes de la première force représentative d’élus locaux en France.

Une élection de la continuité

Visiblement émut par l’issue des élections, le vainqueur a pris la parole pour remercier ses soutiens, notamment François Baroin pour sa « confiance ». M. Lisnard a également salué chaleureusement son allié de campagne, André Laignel, vice-président sortant et maire PS d’Issoudun (Indre). « Un partenaire d’élection loyal, engagé », a souligné le nouveau président, qui a annoncé sa volonté de maintenir l’expert des finances locales au poste de vice-président.

Si on met de côté la participation inédite qu’a connue cette élection, elle est aussi singulière sur le plan politique. En effet, les deux challengers avaient présenté des listes concurrentes pour le bureau (60 membres) et le comité directeur de l’Association des maires de France, une première dans l’histoire de l’association.

Cette victoire de David Lisnard s’inscrit dans la continuité. En suivant les pas de François Baroin et de son prédécesseur, Jacques Pélissard, l’élu cannois a fait campagne avec une promesse à la clé, celle de défendre l’indépendance de l’AMF face à une « OPA non amicale » des macronistes (formule d’André Laignel), qui semblait directement pilotée par l’Élysée.

Le concurrent de David Lisnard, Philippe Laurent a toujours nié de servir le gouvernement, mais les implications de nombreux ministres et élus locaux proches du pouvoir dans son élection laisse supposer le contraire. L’enjeu était de pertu
rber la stabilité d’une association perçue à l’Élysée comme une force hostile depuis 2017.

Mener les actions « dans le rassemblement 

 Le nouveau président a pris l’engament, mercredi, de travailler « dans le rassemblement ». « L’AMF doit être unie, rassemblée et soudée, c’est ce qui fait sa force », a-t-il insisté. « Philippe, tu peux compter sur moi dans cet esprit-là », a lancé le vainqueur à son adversaire, qui l’a remercié en retour. Mais, en décrochant cette présidence, David Lisnard a voulu également insister sur un point central de cette campagne. « Je serai le garant scrupuleux de l’indépendance de l’AMF. Qu’elle ne fasse l’objet d’aucune manœuvre, de l’extérieur comme en interne. Je crois que c’est absolument fondamental », a-t-il noté comme un avertissement clair adressé à des concurrents proches du pouvoir.

En misant tout sur un « nouveau départ », le maire LR a invité l’association à mesurer sans attendre l’ampleur des « enjeux colossaux » d’un pays « fracturé, divisé, déchiré ». « Nous allons montrer que, la voix des maires, c’est la voix de la France, la voix qui peut faire gagner la France, la voix de l’indépendance et de la liberté », a-t-il conclu sous les applaudissements, avant d’inviter les participants à plancher immédiatement sur la ruralité.

Accueil / Politique / Une aube nouvelle, David Lisnard prend la tête de l’association des maires de France !