Cancer du col de l’utérus, un vaccin entraîne une baisse drastique des cas enregistrés !

Afficher Masquer le sommaire

En France, environ 3 000 femmes souffrent chaque année du cancer du col de l’utérus, dont la grande majorité est provoquée par un virus cancérigène : le papillomavirus. Depuis 2007, la vaccination est recommandée pour prévenir cette infection sexuellement transmissible et ses dangereuses conséquences.

Traitement du cancer du col de l’utérus

Les campagnes de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) ont obtenu de bons résultats. Le VPH est un virus sexuellement transmissible qui provoque certains cancers du col de l’utérus. Depuis 2007, la France a introduit deux vaccins anti-HPV : Gardasil 9, très efficaces contre 9 types d’HPV différents, et Cervarix, super efficace pour lutter contre les HPV 16 et 18. Une fois la première vaccination terminée, des conclusions positives ont été rapidement observées en termes de nombre et d’incidence des infections à HPV.

Réduction de 97 % des lésions précancéreuses chez les très jeunes filles

Aujourd’hui, une recherche anglaise publiée dans The Lancet a montré que l’injection du vaccin Cervarix, le vaccin le plus injecté à travers le détroit au cours de la période d’étude, a considérablement diminué le nombre de cancers du col de l’utérus et de néoplasies intraépithéliales déclarés.

La protection offerte par le vaccin dépend bien entendu de l’âge de la jeune fille. Par rapport aux jeunes filles non vaccinées, le nombre d’adolescentes vaccinées de 16 à 18 ans déclarées atteintes d’un cancer du col de l’utérus a diminué de 37 %, celui des 14-16 ans a diminué de 62 % et celui des 12-13 ans a diminué de 87 %.

En ce qui concerne les lésions précancéreuses profondes, des phénomènes pareils ont été remarqués : les vaccins permettent de les diminuer de 39 % chez les jeunes filles de 16-18 ans, 75 % chez les jeunes filles de 14-16 ans et 97 % chez les jeunes filles de 12-13 ans.

Vaccin 100% efficace

Testé sur 20 541 femmes souffrant du cancer du col de l’utérus, Gardasil s’est avéré être efficace à 100 % sur les HPV 16 et 18 (le cancérigène le plus mortel en Occident), mais également sur les génotypes 6 et 11. Le principe est très facile : une protéine de l’enveloppe virale et d’autres, inoffensives, sont toutes injectées aux personnes souffrant par voie intramusculaire à raison de trois différentes doses.

Le corps produit alors des anticorps contre ce marqueur HPV unique, induisant ainsi une immunité spécifique dans le col de l’utérus. Si le virus est exposé par la suite, il sera neutralisé immédiatement.

« Il est question d’une avancée majeure dans le domaine de la santé des femmes », a expliqué Stefan Gerber, obstétricien et spécialiste des maladies infectieuses au CHUV à Lausanne. Il tient également à préciser que « contrairement à la manière dont on nous le décrit, ce vaccin n’a pas d’effet direct sur le cancer utérin, mais agit plutôt contre le virus qui en est habituellement la cause. Reste à vérifier si ce type de cancer va réellement diminuer dans dix ans. Mais c’est très évident. »

Accueil / Santé / Cancer du col de l’utérus, un vaccin entraîne une baisse drastique des cas enregistrés !