Covid-19 : la fin d’année sera-t-elle plus sereine ?

Afficher Masquer le sommaire

Alors que les cas de Covid-19 ne cessent de décroître depuis quelques semaines, les autorités françaises s’interrogent sur l’intérêt de garder le pass sanitaire après la date du 15 novembre.

Covid-19 : Vers une fin sereine ?

Jusqu’ici, tout se passe pour le mieux. La dynamique positive amorcée fin août a dépassé les prévisions les plus optimistes. À l’échelle nationale, l’incidence de la Covid-19 est tombée à moins de 50 cas pour 100 000 habitants en 7 jours. Il y a désormais moins de 5 000 contaminations en 24 heures, et moins de 50 personnes sont inscrites en réanimation chaque jour, contre plus de 100 personnes le 15 septembre.

De plus, il ne reste que deux semaines avant les vacances de la Toussaint, et l’impact du retour à l’école en septembre n’a pas encore été ressenti. « Même s’il y a reprise, les scénarios désagréables qui ont entraînées des couvre-feux ou des mesures de confinement par le passé semblent être exclus », explique Simon Cochemes, un membre du comité scientifique et modélisateur de l’Institut Pasteur à Paris. Plus la fin de l’année approche, plus le nombre de cas diminue. Une amélioration de la situation épidémiologique s’observe de jour en jour en France.

Les vaccins deviennent de plus en plus efficaces contre les formes graves

Selon un grand rapport de recherche français publié lundi, la vaccination anti-Covid-19 peut réduire de 90 % le risque d’hospitalisation et de décès pour les personnes de plus de 50 ans, et semble être efficace pour la variante Delta, sur laquelle une compréhension semble manquer. « Cela sous-entend que les personnes ayant reçu le vaccin, ont plus de chance de ne pas être hospitalisées du Covid-19 que les personnes n’ayant pas reçues le vaccin. », a déclaré Mahmoud Zurek, à l’AFP l’épidémiologiste.

Une amélioration de la situation sanitaire

Plusieurs informations rassurantes se succèdent pour espérer une amélioration. La première, comme l’a souligné le ministre de la Santé, il y a « moins de 2000 personnes en soins intensifs », un nombre en diminution.

La deuxième, le niveau d’incidence est désormais sous les 100 cas pour 100.000 personnes, des chiffres jamais enregistrées depuis juillet. Il est largement inférieur au niveau d’alerte de 50 dans 31 provinces de la France. Autre information, enfin, le seuil remarquable des 50 millions de personnes vaccinés, soit à peu près 93 %, pourrait être atteint d’ici la fin de l’année.

De même, presque tous les départements français ont un niveau d’incidence en dessous de 100, d’autres en dessous du niveau d’alarme de 50 tel que la Vendée, la Saône-et-Loire, l’Aisne… Il se pourrait donc que ces provinces soient concernés par un éventuel assouplissement des mesures barrières.

La vigilance demeure

L’épidémie en France a continué de baisser, avec notamment 6 729 patients toujours en hospitalisation ce lundi, dont 226 depuis le jour antérieur. Ce dimanche, on dénombrait 6 737 cas. 1 145 personnes ont été admises en réanimation dont 58 reçues au cours des dernières 24 heures.

Selon les données du ministère français de la santé publique, 30 patients sont décédées lundi d’une nouvelle pneumonie coronarienne dans les hôpitaux de la France. Depuis le début de la pandémie, le nombre de décès dans les hôpitaux a atteint 90 204. La vigilance et prudence face à la pandémie demeure.

Accueil / Santé / Covid-19 : la fin d’année sera-t-elle plus sereine ?