Les causes, les signes et voies de traitement des AVC ischémiques et hémorragiques !

Afficher Masquer le sommaire

La fréquence des AVC aujourd’hui dans le monde inquiète de plus en plus les chercheurs. Pourtant, on pourrait mieux s’en sortir si on restait attentif aux premiers signes. Il faut donc connaitre les causes, les symptômes et les traitements possibles. C’est ce que nous propose un spécialiste.

Maitriser les premiers symptômes de l’AVC pour mieux le soigner

C’est ce que pense le professeur en Neurologie : Amarenco. Pour ce spécialiste, l’AVC, bien que cela vienne surprendre les patients n’est pas une maladie aussi brusque. Il y a des signes qui l’annoncent. Il suffit d’être attentif et surtout bien informé. Lorsqu’on détecte précocement les symptômes, on commence très vite un traitement pour éviter les complications. On prend aussi des dispositions nécessaires pour éviter ou limiter les séquelles même en cas de survenance de la maladie. 

Différence entre l’AVC : ischémique et hémorragique

L’accident vasculaire cérébrale ischémique est celui le plus fréquent. On estime qu’il fait environ 85% des cas d’AVC. Il survient généralement par défaut d’irrigation du cerveau. Dans la réalité, le cerveau n’est plus alimenté convenablement en sang parce qu’une artère est bouchée. Son dysfonctionnement est imminent. L’artère peut se boucher temporairement, pendant une heure environ et recommencer par fonctionner normalement. On parle dans ce cas d’AVC ischémique transitoire. C’est une alerte qui doit vous amener à consulter un médecin pour éviter une répétition.

L’AVC hémorragique quant à lui est moins fréquent. Ici, l’artère n’est pas bouchée, mais rompue ; c’est-à-dire cassée. L’anévrisme artériel peut se briser aussi. Dans ce cas, le sang se retrouve à des endroits où il ne devrait pas être, et il en manque aux endroits où il devrait être. 

Quelques causes

La liste des causes n’est pas exhaustive. Il faut retenir que l’athérosclérose, l’hypertension, les maladies cardiaques et les anomalies sanguines susceptibles de provoquer des coagulations dans le sang sont les causes fréquentes.   C’est pourquoi il faut veiller sur son alimentation. Lorsqu’il y a trop de graisses dans l’organisme, le surpoids est inévitable. Le fonctionnement des artères sera perturbé.

Quelques signes annonciateurs de l’AVC

Il ne faut pas confondre certains signes avec ceux habituels dont nous maitrisons les causes. La particularité des signes de l’AVC réside essentiellement dans leur manière brusque et violente. Contrairement aux autres qui prennent du temps avant de s’aggraver. On notera les maux de tête, les troubles de langage et de mémoire, la perte de vue, une perte d’équilibre, une paralysie faciale. Parfois ; on sentira des faiblesses dans les membres de façon temporaire. Tous ces signes sont des symptômes qui doivent vous amener à consulter un médecin.

Les soins de l’AVC

Il faut dans un premier temps éviter de se soigner soi-même ou de soigner la victime quand on n’en a pas une maitrise. Il fait appeler immédiatement les secours lorsque survient une crise. Éviter de bouger en désordre la victime, au risque de compliquer son cas et d’augmenter les séquelles. Une fois aux soins les spécialistes procèderont au diagnostic pour savoir s’il s’agit ou non d’un AVC ischémique ou hémorragique. Ce n’est qu’après ce diagnostic qu’il faut savoir s’il faut déboucher une artère ou s’il faut arrêter une hémorragie. Après les soins, il est possible de proposer au patient des rééducations.  

Accueil / Santé / Les causes, les signes et voies de traitement des AVC ischémiques et hémorragiques !