Médication : comment déterminer la dose de paracétamol qu’il vous faut pour éviter les effets secondaires !

Afficher Masquer le sommaire

Le paracétamol est délivré sans ordonnance et fait partir des antidouleurs les plus commercialisé en France. Cependant, s’il est mal utilisé ou consommé à une dose très forte, ce médicament peut être un véritable danger pour l’organisme humain.  

Quelle dose peut-on prendre pour éviter les effets secondaires ?

« Si la posologie est respectée, le paracétamol est l’antidouleur le moins dangereux. Il peut parfois être utilisé pour soigner des petites douleurs. Cependant, la durée du traitement par paracétamol en auto-administration doit être la plus courte possible. Il est très déconseillé de prendre le paracétamol comme un traitement à long terme. », a souligné l’hépatologue. Par conséquent, la prise du paracétamol doit respecter le temps de traitement recommandée par le médecin, la posologie ainsi que les contre-indications indiquées dans la notice. Si les symptômes persistent pendant plus de 3 jours, assurez-vous de consulter un médecin.

Les adultes pesant plus de 50 kg, doivent prendre au maximum 4 grammes chaque jour : c’est-à-dire un équivalent de 4 comprimés de 1 gramme ou 8 comprimés de 500 grammes au plus tous les jours. Il est très important de respecter un intervalle minimum de 4h entre chaque traitement, voire 7 h idéalement.

Indications : Dans quelles circonstances doit-on prendre du paracétamol ?

Le paracétamol est un antalgique de grade 1 commercialisé sous forme de comprimés, effervescents, sirops ou suppositoires. Il peut prévenir ou réduire les sensations des petites douleurs.

Cet analgésique est généralement utilisé pour soigner les migraines, les maux de gorge, les maux de dents, les courbatures, la dysménorrhée avant ou pendant les règles, ou les rhumes et la fièvre. Les femmes en état de grossesse, les enfants et les personnes âgées peuvent consommer occasionnellement du paracétamol en respectant la dose recommandée.

Que sait-on des effets indésirables du paracétamol ?

Lorsque le paracétamol est pris de façon normale, il provoque rarement des effets secondaires. Mais comme tous les antidouleurs, le traitement au paracétamol peut causer plusieurs effets indésirables non systématiques. Dans de rares situations, une éruption cutanée, une rougeur de la peau ou une réaction allergique peuvent arriver, se manifestant par un gonflement soudain du visage et du cou ou encore par une gêne soudaine due à une baisse de la pression artérielle.

Dans ce genre de cas, vous devez immédiatement stopper le traitement, informer votre médecin et cesser de consommer des médicaments qui contiennent du paracétamol.

En cas de surdosage, quels sont les symptômes ?

Dans plusieurs cas, l’intoxication au paracétamol après surdosage ou abus se produit dans les 24 heures suivant l’ingestion. Elle peut ne pas être perçue ou se caractériser par une envie de vomir, un manque d’appétit, des problèmes abdominaux, une transpiration abondante et une somnolence. Il peut y avoir des douleurs au niveau de la zone droite de l’estomac, ce qui indique que le foie est affecté.

Si elle n’est pas traitée à temps, une intoxication au paracétamol peut provoquer une insuffisance hépatique, une hémorragie, un œdème cérébral ou une inflammation cérébrale. Si une greffe du foie n’est pas effectuée, elle peut être fatale.

Accueil / Santé / Médication : comment déterminer la dose de paracétamol qu’il vous faut pour éviter les effets secondaires !