Vaccination contre la covid-19 : que disent les scientifiques à propos de l’administration d’une troisième dose ?

Afficher Masquer le sommaire

Malgré les nombreuses mesures adoptées par les autorités françaises, le Covid-19 continue de faire parler de lui en France. Pour donc freiner l’évolution exponentielle de cette pandémie, une troisième dose de rappel a été instaurée par les autorités françaises. Plusieurs scientifiques et experts ne sont pas restés muets face à cette nouvelle mesure.

Les experts recommandent-ils de promouvoir la troisième dose ?

La dose de rappel est particulièrement importante, car elle permet non seulement d’améliorer l’immunité, mais aussi parce qu’elle assure le plus grand niveau de protection contre le Covid-19. Le ministère de la santé et des solidarités a détaillé ses recommandations sur les doses de rappel du Covid-19 sur son site internet.

Les scientifiques et plusieurs membres du gouvernement semblaient aussi aller dans cette même réflexion. Lors de la semaine dernière, l’invitée de Inter France, Karin Lacombe, directrice du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP, Paris), annonçait : qu’« il faut promouvoir la troisième dose de vaccin. Elle doit être disponible pour tout le monde ». Pour elle, le gouvernement français doit mettre tout en œuvre pour que la troisième dose puisse être disponible pour tout le monde.

Moderna et troisième dose

Tout d’abord, la HAS s’est opposée à l’utilisation du vaccin Moderna comme dose de rappel. Pour justifier cela, la Haute Autorité de santé s’est appuyée sur une recherche scandinave qui soulignait le risque de myocardite chez les moins de 30 ans. Des annonces de plusieurs autorités sanitaires ont apporté plus de précision sur les inconnues qui existaient autour de cette dose de rappel.

Par ailleurs, certaines autorités sanitaires justifiaient qu’il était préférable d’attendre que les agences européennes fournissent les informations détaillées attendues avant que la dose soit commercialisée.

Après des recherches, le vaccin Moderna a finalement été approuvé par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA). Elle a déclaré dans un communiqué de presse que « les données ont révélé que l’administration d’une troisième dose de Spikevax six à huit mois après la seconde dose suscite une augmentation des taux d’anticorps chez les personnes adultes dont les taux d’anticorps baissaient ».

La troisième dose, pour qui ?

Les personnes du troisième âge doivent nécessairement se faire vacciner par rappel COVID-19 pour que leurs pass sanitaires soient conservés. 6 mois après la dernière vaccination, elles ont 5 semaines pour le faire. Bientôt, toutes les personnes âgées de 50 à 64 ans devraient aussi être touchées par cette règle. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré le 16 novembre que cette nouvelle injection permettrait à ces personnes de conserver logiquement leurs pass sanitaires.

Par ailleurs, Olivier Véran, ministre de la Santé, interrogé sur le même sujet dans une tribune de l’ouest de la France, a expliqué que « cette décision n’a pas été prise aujourd’hui. Nous comprenons que les personnes concernées ont besoin de temps pour se faire vacciner. De plus, nous tiendrons compte de la propagation du virus à ce moment-là ».

Accueil / Santé / Vaccination contre la covid-19 : que disent les scientifiques à propos de l’administration d’une troisième dose ?