Covid-19 : pourra-t-on voyager durant l’année 2021 ou bien pas ?

Afficher Masquer le sommaire

Des secteurs comme l’événementiel, les manifestations culturelles, la restauration, puis le tourisme sont tous dans le rouge depuis la pandémie du Covid-19.

Face à cela, de nouvelles dispositions ont été mises en place pour voyager en bonne santé et contenir l’épidémie. Mais ces mesures permettent-elles de reprendre la situation en main et de donner satisfaction aux Français qui souhaitent s’évader à l’étranger ?

Un début d’année difficile pour le secteur touristique

Le secteur touristique est sévèrement touché par la pandémie du coronavirus, si bien que l’année 2021 reste incertaine pour les aventuriers en quête de sensations fortes. De nouvelles restrictions ont été mises en place pour contenir la menace, avec la possibilité d’un reconfinement.

En France, le coronavirus reste un problème majeur tant bien que mal, même si la présence du vaccin commence à arriver en masse envers la population. La frontière qui sépare le pays avec les États voisins sont en marge d’appliquer les nouvelles dispositions.

Vers la généralisation des mesures restrictives à cause du Covid-19

Aujourd’hui, la Coronavirus ne rime pas avec l’envie de voyager à l’étranger. Dus à la pandémie, plusieurs pays ont fermé leurs frontières, notamment l’Europe. La présidente de la Commission Européenne a durci le ton en limitant les voyages inutiles entre les membres.

Pour le cas de la France, un test PCR est exigé pour les voyageurs à la frontière avec une attestation datant de 3 jours au maximum. La restriction est valable pour les autres destinations issues des DOM-TOM. En plus de cela, une attestation de déplacement international est exigée pour les visiteurs issus des pays concernés que sont la Polynésie Française, la Réunion, Mayotte, la Guyane et la Nouvelle-Calédonie.

Persona non grata pour les Français

Pour le cas des Français, ils sont interdits de voyager dans de nombreux pays, même à côté de ses voisins. Comme le cas de la Belgique qui a fermé ses frontières pour le mois de février.

D’autres pays de l’Europe et le reste suit le mouvement en fermant à leur tour leurs frontières aux ressortissants Français. C’est le cas par exemple pour la Hongrie, Chypre, le Danemark, la Finlande, la Russie, la Tchéquie, la Chine, l’Inde, le Japon, l’Algérie, le Canada, les États-Unis et l’Australie.

Des entrées sous-conditions

D’autres pays ne sont pas de ces avis et ont ouvert leurs frontières aux touristes Français sous certaines conditions obligatoires. Des mesures qui exigent des tests PCR négatifs à l’entrée, suivi d’une mise en quarantaine provisoire et d’une déclaration sur l’honneur dûment signé. Ces pays sont tout aussi proches de la France les uns des autres comme le Portugal, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Consulter le site du gouvernement avant de partir

Pour toute information concernant les mesures prises par d’autres pays en vue de limiter la propagation du Coronavirus. Le site web de diplomatie.gouv.fr peut donner plus de renseignements à ce sujet. Il est possible de trouver des statistiques sur l’évolution de la pandémie et la situation actuelle des autres pays.

En cas de baisse, serait-il possible de trouver une destination qui ouvre ces frontières justes pendant la période des grandes vacances, soit l’été et l’automne 2021.

Le tourisme est lourdement affecté par le Covid-19

Les prévisions de l’année 2021 s’annoncent floues pour le secteur touristique, car en plus de l’année 2020 qui était sabbatique. Les opérateurs du secteur affichent déjà leur souci pour la saison à venir. Aucune prévision n’a été émise. En plus, le pays fait face à l’épidémie sans espérer un nouveau décollage.

La situation perdure

Les professionnels du tourisme s’inquiètent tant bien que mal, car une énorme baisse de 70% des activités touristiques a été constatée l’année dernière. Les 30% restants constituent la seule recette collectée dans le secteur, et cela concerne uniquement les arrivées et départs dans les DOM-TOM. Les mesures prises à l’encontre des voyageurs étaient la septaine.

Malgré cela, des annulations de vol ont été observées telles que rapporté par le site de voyage Lilligo. Les professionnels ont émis des prévisions dernièrement sur l’augmentation probable du trafic pendant les festivités de Noël notamment pour la Réunion, la Martinique et la Guadeloupe. Cela n’a pas donné de bons résultats, car ils ont dû fermer leurs frontières aux touristes.

Des menaces de perte d’emploi

De telles situations sont alarmantes, telles que rapportées par John-Lee Saez, le responsable de la division Europe du site Kayak. Il rapporte qu’il faut faire face à la vérité, même si on choisit un camp optimiste ou pessimiste.

Le tourisme ne représente qu’un petit secteur de l’économie mondiale, soit à peu près de 10% du PIB. Sur les 50 millions de personnes qui profitent de l’économie, plusieurs d’entre eux pourraient perdre leur emploi d’ici et à la fin de l’année.

Les opérateurs s’inquiètent

Dès le début de cette année, le premier trimestre n’affiche rien de bon dans le secteur du tourisme. Cela va peut-être durer jusqu’en juin. Les opérateurs espèrent quand même tirer profit du deuxième semestre au moins avec 60% du volume du marché.

Hormis les 40% réservés aux voyages d’affaires qui ont annulé la plupart de leurs trafics. En tout cas, d’autres professionnels restent optimistes comme c’est le cas de Guillaume Rostand.

Les voyages constituent leur passe-temps favori

Des groupes de personnes ne misent que sur les vacances pour profiter des temps libres. C’est pour ces raisons que les opérateurs restent confiants sur l’ouverture prochaine des lignes aériennes. John-Lee Saez fait part de rester en veille pour se préparer à la saison des vacances.

Cela se voit même pendant les périodes de préparation, où des personnes dépensent une somme énorme rien que pour cela. De telles choses constituent déjà une opportunité pour les opérateurs, sans parler de ce qu’ils vont encore dépenser le plus lors de leurs voyages.

Faire face à la réalité

Malgré tout, la seule possibilité qui reste pour les voyageurs est de faire face à la réalité et de prendre les précautions nécessaires, selon des solutions avancées par Guillaume Rostand. Il y a d’un côté les mesures sanitaires qu’il faut respecter, ensuite la sécurité des passagers à l’entrée des frontières.

Dans le cas où les voyageurs procèdent à l’achat des billets, ils doivent aussi envisager les différentes possibilités d’annulation qui existent en cas de fermeture des frontières. Cela doit se faire pour éviter le stress à la place de la période de relaxation.

La situation peut perdurer davantage, c’est pour cela qu’il faut attendre des mois, voire des années avant de reprendre le cours normal du trafic aérien.

Réserver votre voyage en toute sécurité

Depuis quelque temps, le site Kayak a mis en place de nouveaux outils sécurisant pour ceux qui souhaitent préparer leur voyage. Lors de la réservation, les voyageurs peuvent réserver leur destination (vols, hôtels, séjour, …) avec la possibilité de remboursement en cas d’annulation. Cela c’est pour fidéliser la clientèle et éviter qu’il perde de l’argent au moment du départ.

En plus de ces filtres gagnants, les informations concernant les pays qui ouvrent ou ferment leurs frontières sont disponibles sur le site. Cela sera compris avec le nouvel outil de comparaison, le Flight Price Monitor de Kayak.

Changement radical de notre manière de voyager

En tout cas, la Pandémie du coronavirus a modifié la façon de voyager dans le monde. Outre les mesures restrictives imposées par les autorités sanitaires à l’entrée d’un côté, et la menace d’une éventuelle contamination, les voyageurs s’inquiètent tout de même en cas d’annulation de devoir perdre leur argent.

Pour y remédier, un changement radical a été constaté dans le secteur du tourisme, car les gens commencent à prendre conscience des menaces du coronavirus, évitent le voyage dans les transports en commun. D’autres choisissent les destinations de proximité et de courte durée, et préfèrent se déplacer par leurs propres moyens.

Qu’en est-il des travailleurs expatriés ?

Pour les travailleurs expatriés, d’autres essaient de voir avec leurs employeurs à trouver une entente sur la possibilité du travail à distance. D’autres tentent de négocier un visa de travailleur longue durée comme le cas de Dubaï ou de la Barbade.

Vers un changement de comportement

Malgré tout, la pandémie a changé certaines procédures de remboursement auprès des compagnies aériennes, car cela est devenu simplifié depuis quelque temps. En revanche, les compagnies low-costs pourraient disparaître d’ici quelques années, réduisant à leur tour le tourisme de masse dans les destinations phares. Ce qui remet le doute sur l’avenir du tourisme et de la situation du portefeuille des Français.

Accueil / Voyage / Covid-19 : pourra-t-on voyager durant l’année 2021 ou bien pas ?