Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Hellowork.com : une plateforme unique qui réunit RegionsJob, ParisJob et Cadreo

Hellowork.com : une plateforme unique qui réunit RegionsJob, ParisJob et Cadreo

© LeDefiGaBon - Hellowork.com : une plateforme unique qui réunit RegionsJob, ParisJob et Cadreo

Consulter Masquer le sommaire

#

Cette fusion des sites du premier acteur digital français de l’emploi s’accompagne d’une ambition forte : rendre le recrutement plus transparent pour le candidat.

A travers ses différentes plateformes, HelloWork rend, chaque mois, plus de 400 000 offres d’emploi accessibles à plus de 4 millions de visiteurs. Pour renforcer sa position de leader et anticiper le futur du recrutement, HelloWork a décidé de réunir Cadreo, ParisJob, RegionsJob et ses déclinaisons régionales (OuestJob, NordJob, EstJob…) sur une plateforme unique : hellowork.com. Une stratégie audacieuse qui permet à l’entreprise de franchir un nouveau cap dans son développement.

« Nous estimons avoir fait le tour des optimisations que nous pouvions mettre en place sous nos différents noms, explique David Beaurepaire, directeur délégué d’HelloWork. Nous avions besoin d’une notoriété de marque plus forte pour aller encore plus loin. Nous avons donc fait le choix d’abandonner nos noms historiques au profit d’une seule et même marque : HelloWork. »

À lire Comment louer une voiture chez Europcar ?

HelloWork, leader français de l’emploi, du recrutement et de la formation #

Fort de 430 collaborateurs et de 71 millions d’euros de commandes en 2021, HelloWork Group est le premier acteur digital français de l’emploi, du recrutement et de la formation. Par le biais de ses différentes solutions, cette filiale du groupe Télégramme accompagne les actifs tout au long de leur vie professionnelle, mais aussi les entreprises, cabinets de recrutement, ETT et écoles sur tous leurs enjeux RH ou de formation.

Les services d’HelloWork Group sont utilisés par 30 000 professionnels chaque mois, et génèrent plus de 4 400 recrutements et 300 formations par jour*.

Un changement d’identité grand public #

Le groupe, qui vient d’agrandir la grande famille HelloWork par l’acquisition de la start-up Basile (experte du recrutement par cooptation), nourrit de grandes ambitions pour l’avenir. Fusionner 11 de ses 15 entités apparaît comme une étape incontournable pour challenger les principaux acteurs du marché et s’imposer sur l’échiquier mondial.

HelloWork n’est pas une nouvelle marque : il s’agit de l’identité corporate du groupe, déjà connue des entreprises qui font appel à ses services. Loin d’abandonner son ADN, l’emploi de proximité, HelloWork cherche avant tout à simplifier et à unifier le parcours candidat.

À lire Quelles sont les principales étapes et défis à surmonter pour ouvrir une franchise de restauration ?

Des actions de communication au niveau national #

Afin de faire grandir sa notoriété à plus grande échelle, HelloWork lance début mai une vaste campagne de communication nationale. L’entreprise se dote aussi d’une nouvelle signature BtoC : « Notre job, vous aider à choisir le vôtre. » En plus de faire rayonner cette nouvelle plateforme auprès du plus grand nombre, ce plan média d’envergure vise à rassurer les utilisateurs vis-à-vis des évolutions à venir.

© Laurent Guizard 2022

Les paramétrages restent en effet identiques et les données des candidats ainsi que des recruteurs demeurent préservées. L’expérience utilisateur va, en revanche, considérablement s’enrichir dans les mois à venir, en lien avec la volonté du groupe de redonner du pouvoir aux candidats.


La transparence comme cheval de bataille #

Offrir la meilleure expérience de recrutement aux candidats : tel est le but poursuivi depuis toujours par HelloWork. Au fil du temps, l’entreprise a, entre autres, enrichi ses offres d’emploi pour permettre à chacun de se projeter dans sa future entreprise, amélioré l’ergonomie de ses sites… « Les dernières années ont été riches en innovation sur le front du recrutement », souligne François Leverger, directeur général d’HelloWork.

HelloWork mesure néanmoins le chemin qui reste à parcourir pour répondre pleinement aux attentes des demandeurs d’emploi ou salariés en reconversion professionnelle : « Nos usages numériques ont profondément évolué lors de la dernière décennie, constate François Leverger. Prendre rendez-vous chez le médecin se fait désormais en deux clics. On peut suivre le chemin complet de sa commande, heure après heure, jusqu’à sa livraison. […] Et le recrutement ? Que manque-t-il encore au candidat pour bénéficier d’une expérience optimale ? De la transparence. »

À lire Combien coûte une installation adiabatique pour une entreprise ?

De nouvelles fonctionnalités qui profitent à tous #

Afin de répondre à cet enjeu de taille, HelloWork se mobilise pour étoffer encore plus ses offres d’emploi. Son objectif ? Inciter les recruteurs à y faire figurer des mentions cruciales telles que la rémunération, le télétravail, le process de recrutement, l’environnement de travail… « La transparence est le socle de la confiance, et la confiance ne se décrète pas, il faut travailler sur les conditions de son existence », pointe François Leverger.

HelloWork se mobilise aussi pour rendre le parcours de recrutement plus lisible pour le candidat. Le recruteur a-t-il bien reçu sa candidature ? L’a-t-il présélectionné ? Et devra-t-il passer un ou trois entretiens d’embauche pour convaincre ? Demain, toutes ces informations de suivi seront communiquées automatiquement aux candidats par email et via des notifications instantanées.

« Grâce à de nouvelles fonctionnalités, nous encourageons les recruteurs à plus de transparence dans leurs processus de recrutement et plaçons les candidats au cœur de notre projet. Ce qui sera bénéfique pour tous ! », affirme Jérôme Armbruster, président d’HelloWork.

* Sur un échantillon de 847 000 répondants, data récoltées sur une période de 9 mois en 2021.

À lire Quels sont les avantages d’un mini prêt rapide sans justificatif ?

crédits photo à la une : © Laurent Guizard 2022

LeDefiGaBon est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :